Leunam
Mardi 18 décembre 2018 à 17h00 Création de sites Web sur demande
Développement de jeux vidéos indépendants
Ecriture de fictions originales

Bonjour ! Je viens de remarquer que vous utilisiez un bloqueur de pubs. Je comprends très bien vos réticences car moi-même je déteste les pop-ups intrusives, mais je vous assure que notre publicité sait se faire discrète et ne contient aucune animation flash ou élément sonore. Son unique but est à long terme d'aider Batsolor dans ses projets, car il travaille d'arrache-pied à développer des sites Web et des jeux vidéos, on encore à écrire bénévolement. Vous faites comme vous voulez, mais comprenez bien que la publicité est ce qui permet à ce site de survivre...

E.A.S. Tome I : L'infâme Toléco

Ajouté le vendredi 8 avril 2016 à 10h47


<<< Chapitre précédent << Sommaire >> Chapitre suivant >>>

Chapitre 14 : Au bout du monde

L'homme qui avait travaillé durant des années en Lunavie sans se soucier d'autre chose que de ce qui l'entourait se retrouva attaché les mains en l'air, suspendu dans le vide. La cagoule opaque qui recouvrait sa tête empêchait ses sens d'appréhender les environs.

Il put tout de même entendre des pas rythmés s'approcher lentement de lui, ainsi que le rire rauque d'un vieil homme. Il lui tourna autour, d'une excessive lenteur augmentant de surcroît le niveau de stress du soldat Lunave. Il se glissa dans son dos et appuya sa main sur l'épaule.

- Dis-moi pourquoi Toléco Jr était inconscient quand je l'ai trouvé.

L'homme ne comprit pas. Qui pouvait l'avoir enlevé pour lui demander pourquoi un de leurs alliés avait été vaincu ? Surtout que lui ne se trouvait pas dans la zone de l'attaque, il n'était au courant de rien. Il tenta de répondre mais sa respiration étant difficile sous son masque, il ne put que souffler par intermittence.

Le vieil homme agrippa le masque et lui arracha, dévoilant ainsi son visage aux yeux de son otage. Il ressemblait à un shérif des westerns, avec ses ceintures de munitions, son colt dans un holster et ses santiags. Sa chevelure et sa moustache grises accentuaient drastiquement son côté apparemment sadique et manipulateur. Le regard de la victime se dirigea ensuite vers le bras droit de son bourreau, tranché net entre le coude et l'épaule.

- Je… Je n'en sais rien ! gémit l'otage dont la situation lui échappait. Pourquoi me demandez-vous ça ?!
- Sache que je ne suis pas Lunave, je suis Taïgan. Et Toléco Jr est de mon rang.

Le soldat se sentait désemparé. Il ne savait plus que croire. Il avait l'impression de faire un cauchemar où toute sa vie basculait. Il craignait réellement la mort et avait peur de cet homme au regard meurtrier.

- Je ne le répéterai qu'une seule fois, poursuivit Toléco. Que sais-tu à propos de l'agression qu'a subie mon fils ?
- Mais je n'en sais rien, je vous le jure ! hurla-t-il, désespéré.
- C'est regrettable, acheva le bourreau, impassible.

Il remit la cagoule à son prisonnier et claqua des doigts. D'autres bruits de pas plus précipités arrivèrent dans sa direction. Le nouveau venu s'approcha de lui, silencieux. Et dans un bruit de vent et de hachoir, une violente douleur le prit au bras gauche, faisant tomber ce dernier dans un déluge de sang. Le prisonnier hurlait, ses cris étouffés par le masque. Il n'était désormais retenu par le plafond que par un seul bras.

Ses cris d'agonie retentirent dans toute l'installation, jusqu'aux cellules où étaient retenus les trois agents, en attendant d'y passer à leur tour. La cellule ressemblait à une geôle de château fort avec une herse comme issue. L'endroit devait se situer profondément sous terre, car la seule lumière environnante émanait de chandeliers sur les murs.

KNW était allongé sur le dos dans un carcan cloué à même le sol, VJL était suspendu au plafond dans une minuscule cage, et BTR était attaché les mains dans le dos par une chaîne soudée au mur.

- Quelle horreur... fit KNW après avoir entendu les cris terrifiants à lui glacer le sang.
- Qu'est-ce qu'on nous veut, cette fois ? demanda VJL qui paraissait tout aussi angoissé.
- Peu importe, il faut s'évader ! lança BTR pas plus rassuré que les autres.

Ils restèrent à attendre et à écouter les cris d'horreur. Un autre de la même ampleur se fit entendre, puis ce fut le silence durant de longues minutes jusqu'à ce qu'un soldat vêtu d'un uniforme inconnu des agents se pointa devant la grille de leur cellule. Il était intégralement violet délimité par une raie rouge au milieu, et portait un béret de la même teinte.

- C'est à vous, déclara-t-il sèchement. Son visage découvert n'affichait aucune expression.

Jessie, Ned et Kal s'étaient retrouvés sans mal après la descente en parachute et avaient contacté Linus pour se faire localiser. Ce dernier avait répliqué qu'il viendrait de lui-même avec un hélicoptère de la base de Klonos. Il se posa dès son arrivée et discuta vers les rescapés : il fallait trouver au plus vite un moyen de libérer les agents.

- Vers où est parti le mécha ? demanda Linus en descendant de l'engin.

Linus Freeman était un scientifique brun aux cheveux courts et lunettes de vue. Il portait une blouse blanche et un pantalon marron très basiques. Ils étaient tous les quatre sur une vaste plaine non loin d'une autoroute sur laquelle circulaient sans cesse et à toute vitesse plusieurs véhicules.

- Par ici, montra Jessie en pointant son doigt. Direction ouest nord-ouest.
- Très bien, répondit le technicien en sortant une mallette de son sac à dos. J'ai emporté mon ordinateur portable, je vais pouvoir déterminer une trajectoire hypothétique.

Il alluma sa machine et tripota le clavier. Il afficha sur l'écran une carte des horizons et détermina plusieurs points stratégiques possibles. La radio de BTR qui était encore la seule intacte s'était arrêtée de fonctionner quelques minutes seulement après l'enlèvement. Linus avait drastiquement réduit le nombre de possibilités mais il en restait tout de même quelques-unes.

- C'est déjà du bon boulot Linus, déclara Kal en tapotant l'épaule de son meilleur ami.
- Il reste trois sites possibles, affirma Ned Hyarr qui semblait réfléchir au mode opératoire de l'intervention.
- Est-ce que par hasard... hésita Linus qui semblait avoir trouvé une idée. Ce mécha, avait-il une forme de squelette d'australopithèque ?
- C'est exactement ça, répondit Jessie qui l'avait le mieux vu. Comment tu sais ?
- J'ai travaillé de force à sa construction, confessa Linus. Si c'est ça, c'est Lizardon et sans doute Toléco qui ont fait le coup. Il faut vite mettre le cap sur Taïg !

Tous embarquèrent dans l'hélicoptère qui s'envola aussitôt. Jessie aux commandes, Linus en copilote donnait la direction à prendre à l'aide de son ordinateur. Si c'était réellement eux, il fallait agir vite. Très vite.

KNW avait été le premier à être sélectionné par le soldat. On avait dévissé le carcan du sol et l'avait conduit dans un couloir, l'instrument de torture toujours fermement scellé au niveau de son cou et de ses poignets. Il avait peur et croulait sous la fatigue.

Lorsqu'il arriva dans la salle de torture, Toléco se dressait droit devant lui et un soldat extrayait un cadavre dans un sac mortuaire, sans doute la précédente victime qu'ils avaient entendue hurler. KNW le sut, son tour était venu.

- Je serai sans pitié, grimaça Toléco avec une détermination sans limite. Si tu ne me dis pas tout ce que je veux savoir, tu souffriras le martyr jusqu'à mourir. Est-ce bien clair ?

L'agent ne répondit pas et se contenta de soutenir son regard.

- EST-CE BIEN CLAIR ? Répéta l'homme aux santiags en lui donnant un violent coup de pied dans le tibia.

KNW tituba et vacilla sur le coté, son carcan l'empêchant de retenir sa chute. Toléco écrasa son ventre à l'aide de l'un de ses lourds santiags, faisant hurler l'agent de douleur. Il eut envie de vomir et se sentait terriblement humilié, seul aux pieds de son bourreau.

- Oui… fit timidement KNW, tentant tant bien que mal de le défier du regard.
- Je veux entendre un « Oui, maître », aboya Toléco en amplifiant son emprise.

Il se sentait de plus en plus mal. Il ne voulait pas céder mais la douleur devenait insurmontable. Son cerveau déraillait, faisant passer les secondes au ralenti. Ses pensées se fragmentèrent pour ne former plus qu'un tas d'illogisme, lui faisant perdre le fil de la réalité. Il ne voulait pas répondre, et pourtant il se surprit à le faire.

- Oui, maître, gémit-il en respirant par à-coups, rouge de honte.

Toléco relâcha son emprise en riant, puis se saisit du carcan pour relever sa victime.

- Parfait. Je veux que tu saches que nous, les Taïgans, allons tous vous détruire.

Il resta muet quelques instants, reprenant conscience et réalisant le sentiment de gêne qui le submergeait. Lorsqu'il fut de nouveau apte à apprécier la réalité, il reprit la conversation.

- Mais dans quel but ? tenta l'agent bleu. Vous voulez juste devenir les rois du monde ?
- Imbécile, poursuivit Toléco en maintenant fermement son prisonnier. Je ne suis pas comme ces imbéciles de Kanoviens ou de Lunaves… Je me bats dans le but de préserver quelque chose…
- Et préserver quoi ?
- Ici c'est moi qui pose les questions, cracha le bourreau en poussant KNW qui tomba de nouveau.

Toléco le laissa sans bouger en tournant autour de lui. Il dégaina son Punish 2 puis le fit tourner autour de son index valide en ne détournant pas les yeux de sa cible. KNW comprit que s'il voulait survivre, il devrait lui livrer quelques réponses de manière intelligente.

VJL et BTR qui étaient restés dans la cellule se regardèrent, inquiets. Ils avaient reconnu la voix de KNW qui paraissait subir de lourdes souffrances sans savoir qui les gardait prisonnier, et restèrent là à attendre cloîtrés dans leur cellule. Ils entendirent les cris déchirants de l'agent bleu en espérant que ce dernier tiendrait le coup. Mais lorsqu'il revint, on aurait dit un cadavre ambulant. Ils revissèrent le carcan au sol et s'en allèrent en embarquant cette fois la cage où se trouvait VJL.

- Lâchez-moi, bande de rats ! Et qu'avez-vous fait à KNW, hein ? Fils de … !
- Silence, lui répondit simplement le garde.

Ils refermèrent la cellule en laissant BTR seul avec le corps meurtri de KNW. Il semblait vivre encore, mais faiblement. Il n'était pas seulement affecté physiquement, mais aussi psychologiquement.

- Que s'est-il passé ? demanda BTR dans un souffle d'inquiétude.
- J'ai… commença KNW d'une voix blessée en respirant entre chaque son. J'ai… parlé…
- Quoi ? rugit BTR en étirant au maximum sa chaîne pour se rapprocher de KNW. Mais… Enfin !

KNW ne détourna pas les yeux du plafond. Il pleurait en partie à cause de ce qu'il venait de vivre, mais également sous le joug de la culpabilité. Il n'osa pas affronter le regard de BTR en face.

- A qui as-tu parlé ? s'insurgea BTR.
- C'était… Toléco… soupira KNW dans un sanglot.
- Oh non… Le type qui a trahi les Hadnacks pour la Lunavie ?
- Il… n'est pas… avec… eux…

Il respirait avec difficulté. Il était lézardé de coups et chaque parcelle de son organisme était marqué. N'en pouvant plus, il voulait que son cerveau se déconnecte et le libère de ce poids trop horrible pour lui.

BTR lui hurlait dessus, furieux de sa lâcheté envers le groupe, mais également du fait qu'il l'ignorait. Il avait beau lui en demander plus, KNW restait muet.

Les cris de VJL s'entendaient aussi bien que ceux de son prédécesseur. BTR avait peur, il savait très bien que son tour viendrait juste après. Il ferait connaissance avec l'implacable Toléco. Mais lui l'affronterait. Après tout, s'il résistait alors que KNW avait échoué, il aurait gagné le respect de tous.

Au bout de quelques instants, les cris cessèrent et le garde vint chercher BTR mais sans ramener VJL. L'agent rouge se demanda où pouvait bien être son acolyte lorsque le soldat détacha sa chaîne du mur pour le forcer à avancer. L'agent bleu quant à lui n'avait pas bougé, lorsque BTR le regarda en quittant la cellule, on aurait dit qu'il attendait simplement la mort.

- A ton tour. Je crois que nous nous sommes jamais présentés. Je me nomme Toléco, et toi ?
- Va rôtir en enfer, cracha BTR malgré la trouille qui lui picorait les doigts.
- Tu veux finir comme lui ? répondit Toléco avec un calme déconcertant en montrant un soldat refermant un sac mortuaire derrière lui.
- C'est… VJL ?! fit l'agent rouge déboussolé en s'effondrant genoux à terre.

Sa tête tournait, Toléco riait. Le soldat ramassa le sac pour le transporter ailleurs. Il avait été stupide de croire qu'il pourrait résister sans problèmes. Il ne s'agissait pas uniquement de douleur physique. Toléco avait le sens de la mise en scène et ne se privait pas d'en abuser.

- KNW a tout déballé, il est en vie. VJL n'a rien dit, il est mort. Que décides-tu ?

BTR serra les dents le plus fort possible, en fronçant les sourcils. Que choisir ? Craquer, ou mourir ? S'il venait à mourir, il laisserait KNW seul pour tout affronter. Mais s'il craquait, il ne pourrait plus jamais se regarder en face.

- Mains en l'air, Toléco ! rugit une voix familière derrière eux.

C'était l'Alter Kal, visiblement complètement rétabli. Il pointait une arme de poing Galvan 18 en direction du ravisseur. BTR reprit espoir et se dit que tout n'était pas encore perdu.

- Si tu bouges, tu meurs, lança Kal sans aucune hésitation.
- Hum… Tu penses sérieusement pouvoir me tuer ? Là, maintenant ? Non, j'ai encore trop de choses à faire…

Kal ne réfléchit pas davantage et tira dès que sa cible se mit à s'enfuir. Il rata tous ses tirs mais réussit à faire tomber l'arme. Une fois Toléco hors de portée, l'homme au bandana se précipita sur BTR.

- Tu vas bien ? lui demanda-t-il en le libérant.
- K… Kal…
- Oui c'est moi. Viens.
- V… VJL… Ils l'ont… tué…
- Comment ?

Il ramassa l'arme de son adversaire puis prit la direction d'un couloir inconnu, l'agent appuyé contre lui.

- Allô, Ned ? fit Kal en portant sa radio à son oreille. J'ai BTR, il dit que VJL est mort. Quant à KNW je ne l'ai pas encore trouvé.
- Je suis au niveau des cellules, je pense que je le trouverai là-bas.

En effet, peu après avoir raccroché, Ned Hyarr tomba sur la cellule où était retenu KNW, toujours immobile dans son carcan, même lorsque la femme albinos l'appela ou tapa sur la grille.

Elle décida de crocheter la serrure et parvint à s'approcher de lui. Toujours sans réponse et le regard fixé dans le vide, elle ouvrit le carcan et posa l'agent sur ses épaules, prête à le transporter jusqu'à l'extérieur.

Elle appela Kal pour lui signaler sa découverte, toujours en se dirigeant vers la sortie. La nouvelle fut ensuite relayée à Jessie et Linus qui étaient postés un peu plus loin en extérieur, à bord de leur hélicoptère. Jessie préparait l'engin pour un éventuel départ en catastrophe, et Linus observait les installations à l'aide d'un satellite qu'il avait piraté. Ils avaient KNW et BTR, il ne manquait plus que VJL.

- Là … ! bafouilla BTR en voyant le sac mortuaire étendu à terre, à côté du corps du soldat que Kal avait tué en venant.

Ce dernier se baissa et l'ouvrit. Ce n'était pas l'agent vert mais simplement un soldat Lunave, mort il y a seulement quelques heures. Certainement une de leurs victimes, Toléco avait dû tromper BTR dans le but de l'affaiblir psychologiquement, et cela avait fonctionné… Ils reprirent la route en cherchant partout, mais leur cible demeurait introuvable.

Ils sortirent sans problème pour poser les deux agents dans l'hélicoptère posé en retrait dans une zone sécurisée, puis repartirent aussitôt pour porter secours au troisième. KNW et BTR se regardèrent, ce dernier toujours furieux du comportement de son ami.

- BTR… Je te dois des excuses… gémit timidement KNW.
- Je crois bien oui… répondit-il avec une pointe d'amertume.
- Je t'ai menti, je n'ai pas parlé.

Même s'il était encore affaibli, Il avait dit cela distinctement, sans bafouiller. BTR le regarda sans comprendre.

- Nous étions observés dans la cellule, je n'ai pas voulu leur révéler que j'avais menti. Je leur ai juste dit ce qu'ils voulaient entendre, à savoir des informations – erronées bien sûr – au sujet de ce que nous avions fait.
- Je… Je n'avais rien vu venir… réagit l'agent rouge, un peu honteux.
- Ne t'en fais pas, ça n'en a été que plus crédible, conclut KNW en adressant un sourire à BTR.

Les recherches de Kal et de Ned restèrent vaines, même au bout d'une heure intensive. Kal fouillait méticuleusement chaque recoin de l'installation tandis que Ned le couvrait du moindre danger potentiel. Qu'était devenu VJL ? Qu'en avaient-ils fait ?

- Kal, attention ! cria Ned au moment où ils arpentèrent un couloir éclairé simplement par la lueur d'une série de chandeliers.

Il se retourna et aperçut Toléco, colt Punish 2 braqué dans leur direction.

- Alter Kal, rugit Toléco. Il est temps que l'un de nous triomphe de l'autre. Que dirais-tu d'un petit duel ?

L'homme au bandana ne put refuser. Il savait que s'il gagnait le duel, il serait débarrassé d'une menace pesante. D'un autre côté, il y risquait sa vie. Quel était le bon choix ? Après tout, c'était une trop grande opportunité, à ne pas rater.

Il fit signe à Ned de partir. Cette dernière n'attendit pas plus longtemps et disparut le long du couloir.

- Dans l'arme que tu as il n'y a plus de balles, et il n'en reste qu'une dans le mien, reprit-t-il calmement.

Il montra son barillet pour preuve, et Kal regarda le sien. Il avait raison. Deux colts, une balle. L'occasion était trop improbable, il avait dû prévoir le coup. C'était de plus en plus risqué de jouer, mais l'homme au bandana se devait de faire face.

Toléco fit tourner son barillet, Kal en fit de même. Ils s'avancèrent puis posèrent leurs armes au sol en même temps, que Kal mélangea dans le dos de son adversaire. Il le fit dans un angle mort et hors de portée des caméras pour éviter toute triche. Et lorsqu'il eut finit, il les replaça devant Toléco qui en choisit un. Lui prit le deuxième.

Ils se tournèrent le dos et avancèrent lentement, chacun d'un côté du couloir sombre. Ils firent chacun le même nombre de pas en rythme. Lorsqu'ils furent suffisamment distancés, ils se retournèrent en pointant leur arme vers leur adversaire, le doigt posé sur la détente.

Kal tira, rien. Toléco fit de même et obtint le même résultat. Second tour, rien. Troisième, même chose. Mais au quatrième, il y eut une détonation. L'un d'eux s'effondra vers l'arrière inerte, alors que l'autre restait debout, ayant compris que la victoire lui appartenait.

Ned avait fini par trouver VJL solidement attaché et bâillonné à l'intérieur d'une micro-cellule d'un mètre cube. Elle le libéra et ce dernier lui demanda où étaient les autres. C'est en l'escortant vers la sortie qu'elle lui répondit qu'ils étaient tous en sécurité, à bord de leur hélicoptère. Lorsqu'ils y arrivèrent à leur tour, l'engin était prêt à décoller, mais un dernier membre manquait encore à l'appel : Kal.

- Nous avons été repérés, commenta Linus en regardant son écran. Si nous ne partons pas maintenant, ils vont bombarder notre position !
- Mais Kal ? fit Jessie qui hésita encore.
- Je dois y retourner, il était aux prises avec Toléco… ajouta Ned.
- Non, répondit Linus. Nous n'avons plus le temps...
- Nous attendrons encore cinq minutes, pas une de plus, déclara solennellement Jessie, et tous surent instantanément que c'était le choix le plus juste pour protéger leurs vies.

Mais ils attendirent, et au bout de cinq minutes l'alarme fut donnée, leur position allait être rapidement bombardée par des mortiers sous peu. Ils prirent l'ultime décision de décoller en se disant que Kal avait du perdre son duel. Ils s’apprêtèrent à faire demi-tour direction Klonos lorsqu'ils virent un ballon Fulton s'élever rapidement. Ils allèrent dans la direction de ce ballon et découvrirent que l'homme qui s'était extrait était Kal, ruisselant de sang. Ils le firent monter à bord et prirent la direction de leur base, en échappant à la révolte de celle de Toléco.

- Il perd beaucoup de sang ! s'exclama BTR.
- Naomi pourra s'en occuper à la base. Vite, rentrons au Klonos ! hurla Jessie en poussant les moteurs à fond.
- Tiens bon Kal, l'encouragea Linus. Nous devrions arriver dans quelques heures.
- C'est beaucoup trop long, déclara Ned. Laissez-moi m'en charger.

Elle prit Kal par la main et tous deux disparurent.

- Bien sûr, fit BTR… La téléportation…

<<< Chapitre précédent << Sommaire >> Chapitre suivant >>>


Commenter le chapitre

:

:


Liste des commentaires

Il n'y a pour le moment aucun commentaire au sujet du chapitre.