Leunam
Vendredi 19 octobre 2018 à 15h50 Création de sites Web sur demande
Développement de jeux vidéos indépendants
Ecriture de fictions originales

Bonjour ! Je viens de remarquer que vous utilisiez un bloqueur de pubs. Je comprends très bien vos réticences car moi-même je déteste les pop-ups intrusives, mais je vous assure que notre publicité sait se faire discrète et ne contient aucune animation flash ou élément sonore. Son unique but est à long terme d'aider Batsolor dans ses projets, car il travaille d'arrache-pied à développer des sites Web et des jeux vidéos, on encore à écrire bénévolement. Vous faites comme vous voulez, mais comprenez bien que la publicité est ce qui permet à ce site de survivre...

E.A.S. Tome I : L'infâme Toléco

Ajouté le vendredi 15 janvier 2016 à 17h05


<<< Chapitre précédent << Sommaire >> Chapitre suivant >>>

Chapitre 2 : Première altercation

Une heure s'est écoulée sur l'île d'Andria depuis l'arrivée de KNW, et le soleil avait déjà presque disparu à l'horizon, plongeant le ciel dans une semi-obscurité. Après une infiltration ratée pour cause de carnage effectué par un ninja avide de sang, KNW et son acolyte VJL rejoints par un garde à la main tranchée du nom de Jin, tentent une percée à travers un nuage de soldats à l'affût de tout mouvement ennemi, et prêts à l'impossible pour défendre leur vie.

Ils avaient informé James Yourte de la situation. L'objectif est clair : tenter d'en apprendre davantage sur cette fameuse histoire de recherche de l'Alter Kal, supposé être mort deux années auparavant.

- Allez, bouge… connard… grogna VJL à l'intention d'un garde qui s'avançait non loin d'eux.
- Oh non, encore lui ! hurla KNW en ayant compris que ce cinglé de ninja n'en avait pas terminé.

L'agent bleu ne s'était pas trompé, le ninja était bien de retour. Il trancha net le bras gauche du garde au niveau de l'épaule et avant que ce dernier n'ait pu réagir le décapita sans brocher, sans une once de pitié. Il disparut de nouveau en prenant soin de ne pas oublier la mitrailleuse.

Ce carnage attira un trio de gardes dans la direction de la cachette des intrus.

- Il ne peut pas avoir disparu… fit l'un deux en pointant sa mitrailleuse dans tous les sens.
- Je l'aurai, ce fumier ! enchaîna un autre, le doigt vibrant sur la gâchette.
- Restons sur nos gardes, tout de même… conclut le troisième, plus serein.

Une rafale de balles surgie de nulle part souffla vers la troupe qui, au taquet, se coucha sur le ventre, sauf l'un deux qui fut blessé à la jambe et vacilla en arrière.

- Arrgh… Ma jambe… Il m'a eu… Le fumier… Continuez sans moi !
- Que fait-on ? s'inquiéta un autre, toujours à plat ventre.
- On le laisse ici. Il faut qu'on descende ce type !
- Stop. Ou je fais feu, cria le ninja à leur intention lorsqu'ils se relevèrent.
- C'est lui !
- Si tu crois qu'on va t'écouter…

Il n'en fallut pas plus au ninja pour diriger deux rafales simultanées dans leur direction. Les deux gardes moururent sur le coup. Le troisième, blessé, avait réussi à échapper au carnage.

- Non ! s'inquiéta le garde lorsque le ninja le fixa.
- Suis-moi, et je t'épargnerai.
- Je… Je ne peux plus… mar…

La lame du katana s'abattit lourdement sur le sol, tranchant net la jambe blessée du garde.

- Suis-moi sans poser de questions, et sans broncher. Et tu auras la vie sauve.

Le garde apeuré et transi de douleur ne put qu'acquiescer. Le ninja le souleva par la peau de cou et disparut avec lui l'instant d'après.

- Ce ninja leur a réglé leur compte ! s'ébahit KNW encore une fois.
- Tu crois qu'il est de notre côté ? questionna VJL.
- Il n'est pas du nôtre en tout cas, je ne l'avais jamais vu auparavant, frissonna Jin de terreur.
- Je vais demander au colonel, enchaîna KNW. Il sait peut-être quelque chose...

Il se saisit de sa radio portative et la régla sur la fréquence du colonel. VJL l'imita.

- Colonel ? Le ninja, l'homme invisible… Il a remis ça !

Le colonel James Yourte ne répondit pas immédiatement. Il marqua un temps pour la réflexion puis répondit :

- Attends, je nous branche avec Jessie. Elle pourra peut-être nous éclairer.
- Merci, répondit KNW, à demi soulagé.
- Ici Jessie Meiyun. Que se passe-t-il ?
- Ici le colonel James Yourte. Jessie, KNW a un truc à te demander.
- J'ai vu un ninja vêtu d'un costume de Power Rangers bleu ciel. Tu vois qui c'est ?

Jessie sembla réfléchir.

- Aucune idée, mais ça peut être n'importe qui. En tout cas le satellite m'a confirmé un vrai carnage, sur cette île.
- Il a pas tort, ajouta VJL. C'est une vraie boucherie ici.
- On devrait peut-être confier la mission à des agents plus expérimentés, se risqua Jessie.

Le colonel soupira longuement, comme attristé.

- Malheureusement Jessie, c'est impossible. On a perdu nos meilleurs agents il y a quelques années… Le Pater, l'Alter Kal…
- Oh, à propos de ces deux-là, tilta VJL. Un garde nous a avoué que ces types étaient à la recherche de l'Alter Kal.
- Quoi ? fit le colonel, alarmé. Mais enfin, ça n'a pas de sens ! Sa mort nous a été confirmée il y a deux ans.
- Ça ne va peut-être pas vous aider beaucoup, se risqua Jessie, mais j'ai des informations à propos des terroristes.
- Quelles infos ? s'étonna James.
- Il s'agit du repaire d'une unité d'élite nommée Hadnack. Elle est composée de six membres. Je n'ai pas pu obtenir de plus amples détails mais leur chef se nomme… L'Alter Den.

Un frisson parcourut les deux agents et le colonel, attentifs comme jamais. Quelle était cette blague ? L'Alter Den possédait le même titre que l'Alter Kal, et ce n'était pas pour rien. Lui aussi était un être artificiel créé à partir du Pater.

- Den ?… commença KNW, trop choqué pour terminer sa phrase.
- Donc Den recherche Kal ? Questionna l'agent vert. Il faudra lui dire qu'il est mort...
- Es-tu sûre de tes infos ? demanda James, dans l'espoir de se rassurer.
- Malheureusement oui, je suis catégorique.
- Mais qu'est-ce qu'il fiche ici à la tête d'un groupe terroriste ? s'indigna le premier agent.
- Tant pis, trancha VJL. Si c'est lui le chef, on le neutralisera, comme le reste.

De nouveau un silence pesant, mais tout le monde réalisa assez vite que VJL avait raison.

- Bien, approuva James. Ça m'a l'air d'être du sérieux. N'hésitez pas à ouvrir le feu si nécessaire.
- Reçu, firent en chœur les deux agents.

Avant de faire une nouvelle tentative d'infiltration, VJL ramassa un pistolet Galvan 17 pour qu'il possède lui aussi une arme létale. Ils se dirigèrent en rampant en direction de l'entrepôt d'où émanait de la lumière. En chemin, un soldat demanda du renfort devant l'entrée, mais se fit trancher la tête par le ninja.

- Argh, encore ?! rugit un garde qui commençait à perdre patience devant la répétition de la situation. Envoyez plus de renforts !

De multiples bruits de pas se firent entendre à l'intérieur. Cette fois, ils étaient une armée. Tous les effectifs ou presque devaient être mobilisés. C'était l'occasion ou jamais de rentrer.

Ils laissèrent le régiment sortir, plaqués sur le mur à côté de la porte. Une fois fait, ils se dirigèrent à l'intérieur et se retrouvèrent après un petit couloir dans une salle vide remplie de casiers.

- Soyons tout de même prudents, s'inquiéta KNW.

L'agent vert ouvrit un casier et regarda à l'intérieur.

- C'est vide… soupira VJL.
- Hé, j'entends des bruits de pas ! lâcha Jin d'une voix tremblante.
- Tout le monde se planque, vite ! ordonna l'agent bleu.

VJL se rua dans le casier et le referma derrière lui tandis que les deux autres disparurent.

- Hum ? fit-t-il en se dirigeant devant le casier. Il n'y a rien ici…

VJL sortit brusquement du casier voisin et braqua son arme vers le soldat, qui tomba raide mort juste après la détonation, sans avoir eu le temps de s'en rendre compte.

Mais le bruit avait alerté d'autres gardes voisins, VJL rechargea et retourna dans le casier, attendant que les renforts arrivent.

Lorsqu'un duo de soldats arriva, il sortit en trombe et les abattit tous les deux, sans hésiter. La scène se répéta encore une fois, jusqu'à ce qu'il réalise au bout de quelques minutes qu'il avait déjà descendu une dizaine de gardes.

- Mais qu'est-ce que t'as fait ? s'étonna KNW en revenant dans la salle. C'est toi qui les as tous tués ?
- Ouais, répondit-il fièrement.
- Tu réalises qu'ils ne voulaient sans doute pas être ici, comme Jin ? Tu as une arme paralysante, VJL... On n'est pas là pour tuer !
- KNW, ce sont nos ennemis ! rugit l'autre comme une évidence. Si on ne les tue pas on ressortira les pieds devant !
- Hé mon vieux, va falloir te calmer. Ce sont des êtres vivants, comme toi et moi. Ils avaient certainement une famille, et...
- Chut, écoutez ! coupa Jin. J'ai cru entendre deux gardes parler.

En effet, dans le couloir, deux gardes avancèrent lentement.

- Un intrus dis-tu ? s'intéressa le premier garde.
- Tu n'es pas au courant ? s'étonna le second. Ça fait bientôt deux heures qu'on le poursuit. C'est un malade, tantôt invisible, tantôt sous forme de cosmonaute bleu.
- Merde… Il a tué beaucoup de gens ?
- Plutôt oui, il en a descendu un paquet avec son sabre, il aime couper les bras, les jambes, la tête… Un malade, je te dis !
- C'est l’œuvre d'un fou… constata-t-il tout en passant devant la salle aux casiers. C'est terrible…
- Et il vole nos fusils d'assaut Motor 5 pour descendre les renforts.
- C'est triste… Tous ces gens étaient nos amis… Et maintenant ils sont morts…

Le second garde bouillonnait. Cette situation lui était impossible.

- Argh ! Ça suffit comme ça, hurla-t-il hors de lui. Intrus, montre-toi !

VJL surgit dans le couloir derrière eux et descendit sans vergogne le garde.

- Mais enfin ! meugla KNW.
- Oh ça va hein, on n'est pas là pour danser avec ! rétorqua VJL.
- AU SECOUUUUUURS ! hurla à la mort l'autre garde qui se rua vers l'entrée.

Mais il fut stoppé net par une balle en pleine tête, dont la détonation avait résonné plus fort que les autres.

- C'est pas moi ! protesta l'agent VJL.
- Non ! P… Pas lui !

Jin fut pris d'une terreur folle et détalla à l'intérieur de l'entrepôt. KNW se lança à sa poursuite, laissant VJL pratiquement seul.

Une seconde détonation vint lui effleurer le pied droit.

- Ha, raté ! ricana-t-il.
- Ne t'inquiète pas, déclara une voix que l'agent reconnut aussitôt. Si j'avais voulu te tuer, je l'aurais fait…

C'était la voix qu'il avait entendue dans la radio de Jin.

Un homme comme on en voit que dans les westerns s'avança lentement en direction de VJL, brandissant dans sa direction une arme terrible, un colt Punish 2. Il la fit tourner autour de son poignet droit, tout en appuyant ses pas de ses lourds santiags.

L'homme était plutôt vieux. Cheveux gris, moustache grise. Il était vêtu d'un pantalon et d'un tee-shirt des plus courants, garnis un peu partout de munitions de revolver.

Il s'arrêta à un mètre de VJL et le regarda fixement, sans ciller.

- Je me nomme Toléco, dit-il d'une douce voix, comme dans le ton de la discussion.

VJL soutint son regard et ne cilla pas non plus, main sur son Galvan 17.

- Et moi je suis VJL.

Toléco rengaina son arme, mais garda sa main dessus, invitant au défi. Un silence pesant durant lequel les deux hommes ne firent que se regarder. Au bout d'un moment, Toléco le rompit.

- Dégaine ! hurla-t-il d'une voix énergique.

Les deux hommes s'exécutèrent, puis se ruèrent dans la salle aux casiers en tirant au hasard. Personne ne fut touché. Ils se contentèrent de tourner en cercle dans la salle en se regardant fixement, enjambant les cadavres.

VJL fut le premier à régir et tira deux balles que Toléco évita sans problèmes. Il répliqua en ne tirant qu'une seule balle qui effleura l'épaule de l'agent, déchirant légèrement son vêtement. Ce dernier se rua vers lui, l'arme braquée dans sa direction et tira mais manqua de nouveau sa cible. Toléco se pencha en avant et fonça vers son ennemi en fracassant ses épaules sur ses genoux, le faisant flancher. Sitôt à terre, VJL se retrouva braqué par le colt.

- Tu abdiques ?
- Ah ça jamais ! répliqua VJL avec la rage au ventre.

Il pointa son Galvan 17 en l'air et tira. Par chance, il eut l'épaule de Toléco.

- Je t'avais sous estimé mais ça ne se reproduira plus !

Il répliqua mais avec l'épaule blessée, il ne put avoir que les côtes de VJL.

- Arf, enfoiré ! gémit-il. Tu m'as eu !
- Non. répliqua-t-il d'une voix à glacer le sang. Si je n'avais pas eu l'épaule dans cet état je t'aurais tué sur le champ.

VJL réalisa quelle était sa chance et réunit tout son courage. S'il venait à bout de son adversaire, il pourrait obtenir de précieuses informations concernant l'Alter Kal. Mais s'il le tuait, il aurait tout de même un net avantage sur cette troupe de terroristes.

Il leva son arme et visa entre les deux yeux de Toléco, sans trembler, déterminé.

- C'est la fin, Toléco, lâcha-t-il d'un bloc. Je ne faillirai plus.

Il vida intégralement son chargeur sur son ennemi, sans défaillir.

<<< Chapitre précédent << Sommaire >> Chapitre suivant >>>


Commenter le chapitre

:

:


Liste des commentaires

Zihark
Dimanche 28 février 2016 à 17h23
C'est limite gore tout ça ^^'