Leunam
Vendredi 19 octobre 2018 à 16h01 Création de sites Web sur demande
Développement de jeux vidéos indépendants
Ecriture de fictions originales

Bonjour ! Je viens de remarquer que vous utilisiez un bloqueur de pubs. Je comprends très bien vos réticences car moi-même je déteste les pop-ups intrusives, mais je vous assure que notre publicité sait se faire discrète et ne contient aucune animation flash ou élément sonore. Son unique but est à long terme d'aider Batsolor dans ses projets, car il travaille d'arrache-pied à développer des sites Web et des jeux vidéos, on encore à écrire bénévolement. Vous faites comme vous voulez, mais comprenez bien que la publicité est ce qui permet à ce site de survivre...

E.A.S. Tome I : L'infâme Toléco

Ajouté le vendredi 5 février 2016 à 14h50


<<< Chapitre précédent << Sommaire >> Chapitre suivant >>>

Chapitre 5 : Rébellion

Au beau milieu de la nuit, en plein Océan Kanovien, s'élève un nuage de fumée émanant de l'île d'Andria. Une gigantesque explosion a récemment secoué toute l'installation et causé la mort de bon nombre de soldats s'y trouvant. A présent tout est calme, seuls subsistent quelques débris de la base et une masse de cadavres calcinés.

Et pourtant, dans une zone presque intacte, un corps bouge faiblement, pendu à un mur. L'homme tente de s'extirper de cette situation délicate en s'attaquant au câble qui le suspend à l'aide de son couteau de survie. Au bout de quelques minutes, au bord de l'évanouissement à cause du manque d'oxygène, il arrive à couper le câble et s'effondre par terre.

Il reste un instant sans bouger, baignant dans une marre de son propre sang et reprenant peu à peu ses esprits. Il est transi de douleur de la tête aux pieds. Où est-il ? Que fait-il dans cette posture ? Qui est-il, même ? Il tente de se relever mais en vain, il glisse et tombe de nouveau. Le soldat ne tarde pas à comprendre le problème lorsque son regard croise son moignon à sa jambe gauche. Sa mémoire lui revint soudain.

Lui, à Andria, avec ses compagnons d'infortune, faisant une enquête dans la cour pour débusquer les intrus. Et ce ninja, le blessant à la jambe et lui coupant juste après. Ce ninja… L'être qui a pris la vie de ses compagnons sans remords, était responsable de ce massacre. Mais comment cette base qui fut sa vie durant tant d'années a-t-elle pu se retrouver en miettes ?

Il tenta de ramper pour explorer les environs mais l'obscurité l'empêchait de distinguer quoi que ce soit. Il y alla à tâtons durant plusieurs minutes, et rebroussa chemin à chaque contact avec un mur, si bien qu'il eût le sentiment de ne jamais avancer. Il finit par tomber sur un corps effondré à même le sol. Il reconnût la texture de l'uniforme des soldats de la zone. Il se hâta de lui prendre le pouls. Il vivait ! Faiblement, mais il vivait.

- Tu vas bien ? avait-il lancé péniblement tant la douleur à sa poitrine demeurait intense.

Il tenta de secouer le corps de toutes ses forces mais celles-ci demeurant faibles, il ne réussit qu'à se déclencher une douleur supplémentaire au bras.

- Allez réveille-toi je t'en prie… Ne me laisse pas seul…

Un bruit se fit entendre à quelques mètres de là, une poutre s'effondrant sur le sol. Il ne fallait pas rester là. Mais avec sa jambe amputée, il lui était impossible de marcher. Il secoua une nouvelle fois le corps avec l'énergie du désespoir, mais il ne bougea pas. Il faillit succomber à la mort.

Mais au bout d'un temps indéterminé, l'autre remua faiblement. Il reprit rapidement ses esprits et se releva. Aucune blessure apparente, pas de douleur insupportable. Il scruta les alentours et distingua dans la lueur d'une flamme un vaste champ de ruines. Il sentit une pression sur sa jambe et remarqua un homme presque mort, avec une traînée de sang derrière lui. Il s'accroupit pour entendre ce qu'il avait à dire, mais ses mots demeuraient incompréhensibles.

- Je vais te transporter dehors, on va s'en sortir !

Il prit le corps inerte sur ses épaules et avança lentement, en titubant. Lui non plus n'allait pas fort. Mais lorsqu'il atteignit la porte de sortie, une silhouette leur barra la route. Un homme avec des santiags et des cheveux gris que le soldat reconnut aussitôt.

- Monsieur, c'est vous ? Je suis soulagé, pouvez-vous…

Mais en y regardant bien, une arme était pointée dans leur direction, le terrible Punish 2.

- Monsieur ? Pourquoi … ?

Il y eut une détonation qui fit choir le soldat. La balle ne l'avait pas atteint mais avait touché en plein cœur l'homme qu'il avait tenté de sauver. Désormais, il était seul face à un homme dont la cruauté ne s'arrêtait pas à ses ennemis.

- Suis-moi et obéis-moi si tu ne veux pas subir le même sort que tes camarades, lui lança-t-il d'un ton glacial, colt pointé dans sa direction.

Le pauvre soldat n'eut d'autre choix que d'obéir, préférant la soumission à la mort. Il fut dépouillé de ses vêtements puis ligoté des pieds à la tête. Toléco lui passa une corde autour du cou puis une cagoule opaque sur la tête. Il ne voyait plus rien et dût se résigner à suivre la corde tirée en avant par son bourreau du mieux qu'il put.

Il ne sut pas combien de temps dura la marche et ne put entendre distinctement ce qui se passait aux alentours. Mais lorsque Toléco lui enleva la cagoule, il put enfin respirer et reconnut aussitôt deux visages synonymes d'espoir pour lui.

- JIN ! firent en chœur KNW et VJL.

Jin les avait bien évidemment reconnus sous la lueur des lampes de la cour de Terona, mais il était tellement angoissé qu'il ne put les regarder en face. Mais au fond de lui, un espoir brûlait pour sa liberté : il avait confiance en ces deux-là.

- Vous avez survécu à l'Eagle et blessé Meric, cracha Toléco à l'intention de KNW et de VJL. Les échauffements sont finis, je vais vous éliminer.

Les hostilités furent engagées, Toléco lâcha la laisse de Jin et se rua sur VJL. Ce dernier tenta d'esquiver mais la douleur à son mollet était encore bien présente et son corps croula sous celui de Toléco. KNW pointa le canon de son arme sur l'arrière du crâne de son ennemi, lui ordonnant de lâcher prise. Mais ce dernier riposta avec un violent coup de coude, déstabilisant l'agent vêtu de bleu.

VJL profita de ce moment pour tenter d'étrangler Toléco. Ce dernier tira pour se défendre mais le coup creva l'une des roues du camion. Autour d'eux, plusieurs soldats pointèrent leur Motor 6 dans leur direction, espérant que le combat ralentisse pour pouvoir viser.

Les deux agents se regardèrent l'espace d'une micro-seconde. Ils avaient compris quel était leur avantage : leur ennemi ne pouvait pas les attaquer en même temps, il fallait que l'un fasse diversion pour que l'autre l'attaque. VJL ne pouvant pas courir, il jouerait le rôle d'appât.

- Hé crétin, tu vaux pas un clou ! lança VJL à Toléco.

Ce dernier ne bougea pas, mais se contenta d'observer. Il fit signe aux soldats de baisser leurs armes et dégaina lentement son revolver. VJL inquiet, se saisit de son Galvan.

- Que dirais-tu d'un petit duel ? proposa l'homme aux santiags.
- Tu veux dire comme dans les westerns ? Ouais.

KNW resta en retrait, observant les deux hommes se fixant sans ciller. Il pouvait sentir que tous les gardes avaient les yeux braqués dans leur direction. C'était comme si tout le monde les observait, comme si la planète ne pouvait pas reprendre sa course tant que l'un d'eux n'avait pas agi.

Ce fut VJL qui visa le premier mais Toléco le rattrapa et tira avant. La balle siffla à l'oreille droite de l'agent vert qui riposta aussitôt. La cible tenta d'esquiver mais une balle frôla son épaule gauche, le déstabilisant suffisamment pour que KNW puisse le tenir en respect. En un éclair, VJL en avait fait de même.

La troupe de gardes les encercla, tenant les deux agents et Jin en respect. Ils avaient Toléco en leur pouvoir, mais le tuer revenait à mourir, et leur mission serait un échec. Et la mort seule de cet homme ne servirait à rien.

- Laissez-moi partir, ordonna Toléco. Vous voyez bien que vous n'avez aucune chance.

Les deux agents se regardèrent, conscients qu'ils ne pourraient jamais l'avoir tant qu'il serait entouré.

- On ne se rendra pas, répondit VJL sur un ton de défi.
- Vous allez nous tuer de toute façon, alors autant t'emporter avec nous, ajouta KNW.
- Ce n'est pas mon intention, répondit calmement Toléco. Vous avez des informations qui m'intéressent. Vous tous, faites-les prisonniers.

Le cercle de soldats se resserra, laissant les agents inquiets sur leur sort.

- N'OBEISSEZ PAS A TOLECO, CET HOMME INFÂME A TUE LES RESCAPES D'ANDRIA ! vociféra Jin de sa voix aiguë.

Le cercle de soldat s'arrêta, et tous regardèrent Jin puis reconnurent l'un de leurs anciens camarades de l'île voisine. Enfin, leurs regards se croisèrent. Cet homme était avec eux. Mais pourquoi leur maître l'avait-il fait prisonnier ?

Voyant ses soldats douter, Toléco pointa son arme vers Jin qui se mit à trembler comme une feuille.

- Tu vas mourir. Et il arrivera la même chose à tout ceux qui douteront de mon autorité.

Jin était tellement apeuré qu'il ne put contenir ses tremblements et vacilla sur le côté. Le doigt de son bourreau se resserra sur la détente. Certains des soldats autour, trop apeurés pour réfléchir, pointèrent leur arme vers Jin. En revanche, d'autres hésitèrent encore.

Bien que l'un des yeux de l'homme au revolver fixait Jin, l'autre examina les soldats encore douteux. Puis, faisant tournoyer l'arme dans sa main, abattit trois de ses hommes en tirant en plein cœur.

Les réfractaires encore vivants ne surent comment répliquer. D'autres plus entreprenants, avaient compris la manœuvre et braquèrent Toléco, mais ce dernier reprit sa cible initiale et visa le dernier soldat d'Andria, à terre.

- Nooon ! fit un Jin apeuré, comptant ses dernières secondes de vie.

Mais le bras droit de Toléco tomba dans un « tchack » sonore, accompagné du Punish 2. Il avait été tranché net entre le coude et l'épaule. L'homme resta sans respirer, moignon toujours tendu, perdant son sang à flots.

Tout le monde resta béât. Personne n'avait été aperçu mais bon nombre d'entre eux avaient déjà deviné le nom du coupable. Le vieil homme ramassa son revolver avec son autre main puis le rangea dans son holster. Son visage était fermé, marqué par la douleur qu'il tentait de camoufler, mais en vain. Des larmes coulèrent de ses yeux. Un être humain demeurait un être humain.

Les soldats ne surent qui braquer. Toléco ? Jin ? KNW ? VJL ? Ou bien dans le vide à la recherche de ce ninja ? Mais ils levèrent tous leur arme au ciel lorsqu'un hélicoptère vint voleter autour d'eux après plusieurs minutes de silence.

- Accroche-toi à cette corde, Toléco ! lança un homme à bord de l'hélicoptère, on va te remonter !

L'homme au bras tranché eut un sourire malgré ses yeux rouges de douleur. Il pointa son arme en direction de l'hélico, mais viser avec son bras gauche n'était pas évident. Il réussit tout de même à loger une balle dans l'engin qui vacilla légèrement.

- Alter Den, je n'ai plus besoin de vous, avait-il lâché sans aucune retenue.
- QUOI ? hurla la voix venant de l'hélico, réussissant à masquer les bruits des rotors.

KNW et VJL profitèrent de ce moment d'inattention pour s'emparer de Jin et se planquèrent sous un camion, à quelques mètres de là. Ils le libérèrent de ses entraves tout en assistant à la scène, incroyable.

- Tu vas m'obéir, n'oublie pas que tu travailles pour moi !
- Plus maintenant, Den. Mon objectif est tout autre.

Il rangea son arme puis claqua des doigts, gardant sa prestance même dans cette situation où il paraissait évident qu'il ne maîtrisait plus rien. Mais on entendit la porte de la base s'ouvrir, puis des coups de feu suivis de corps qui s'effondrent. Puis peu de temps après apparut devant Toléco un homme à la carrure imposante, vêtu d'un long manteau d'un rouge très foncé, coiffé d'un chapka gris.

- On a du travail, lança-t-il de sa grosse voix rauque.
- J'arrive, Hector.

Tous les fusils étaient braqués vers eux, mais le nouvel arrivant souleva Toléco sans difficultés et disparut dans la pénombre. Les soldats voulurent se lancer à sa poursuite, mais pour y voir quoi que ce soit il aurait fallu revenir sur le toit pour changer la direction des lumières, leurs lampes de poche demeurant inefficaces tant le duo avait filé vite, rendant l'homme à bord de l'hélico fou de rage.

- Ecoutez-moi, soldats ! Toléco nous a trahis ! Je demande à ce que toutes les unités de la base soient mises en alerte maximale ! Ne laissez passer personne ! Ni lui, ni ninjas, ni autres intrus ! Est-ce bien clair ?

Les quelques soldats encore debout répondirent d'un « oui » ferme, personne ne pouvait résister à l'Alter Den. L'hélico repartit en direction de la base, puis se posa sur le toit. Les soldats se dispersèrent, la situation semblait redevenue calme.

- Euh… lâcha KNW sans comprendre, toujours caché sous le camion. Il vient de se passer, quoi là ?
- Je crois que Toléco a trahi l'Alter Den, répondit VJL pas très sûr de lui.
- Je l'ai senti venir quand il a tué un ami que je tentais de secourir à Andria, avoua Jin qui s'était glissé entre les deux.
- Ça devient compliqué, enchaîna l'agent bleu. C'est Toléco qui parlait de rechercher Kal… Est-ce toujours aussi vrai ?
- Euh, je te signale quand même qu'ils ont un mécha qui a détruit Andria, soupira l'agent vert comme une évidence. Même s'ils ne sont plus que cinq, on a affaire à une bande de cinglés.
- Oui, avoua KNW. Et Toléco n'est pas mort, il a rejoint ce gars… Hector. Ça nous fait donc deux groupes d'ennemis.
- Je suis avec vous, ajouta le soldat comme pour les rassurer. Je n'ai plus d'armes mais il me reste encore une main !
- Tiens, prends mon Galvan 17, dit KNW en lui tendant son arme. J'ai un tranquillisant, je n'en aurai pas besoin.

Jin accepta l'arme sous l’œil méfiant de VJL.

- En tout cas, ajouta ce dernier, nous sommes d'accord pour continuer et pour les éliminer. Je pense qu'effectivement à trois on sera plus forts.

Ils sortirent de leur cachette et parvinrent sans problèmes à éviter les lampes pour se faufiler dans la base. Malheureusement l'entrée bien gardée les força à faire un détour. Ils entrèrent par un soupirail puis finirent par rejoindre une immense salle haute de plafond. Tantôt en rampant, tantôt collés au mur, ils réussirent à passer inaperçus. Mais lorsqu'un garde vint dans leur direction, l'équipe dut se déparer pour ne pas se faire prendre. VJL passa sous un conduit de ventilation, Jin se planqua dans un casier situé dans une pièce adjacente et KNW ne trouva pas d'autre refuge que sous un char d'assaut garé ici.

La sécurité renforcée par la trahison de Toléco rendait la tâche quasiment impossible. L'agent caché sous le char en vint même à se demander si leur insistance pour éliminer Hadnack n'était pas que pure folie. L'histoire semblait bien plus complexe qu'il n'y paraissait. Il fut pris de sueurs froides lorsqu'à plusieurs reprises, des soldats marchèrent tout autour, sans toutefois regarder sous le char. Il faillit s'évanouir de frayeur lorsque sa radio se mit à vibrer à sa ceinture. Il la regarda mais réalisa que la fréquence lui était totalement inconnue. Il vérifia pour s'assurer que ses ennemis étaient bien partis puis décrocha.

- Qui est-ce ? lança-t-il dans un murmure.
- C'est une charade, répondit une voix hachée.

KNW fut surpris de cette réponse et mit un temps avant de répondre à son tour.

- Je vous écoute.
- On demande à mon premier de s'arrêter en cas de bluff.
- Je ne vois pas…
- Mon second est un renard.

L'agent bleu ne réfléchit qu'à moitié, il ne devait en aucun cas relâcher son attention.

- Mon troisième s'est passé il y a huit ans. Et mon tout va te broyer les os…
- Qui es-tu ? demanda l'agent qui commença à perdre patience.
- Si je m'en vais, tu es à découvert. Je suis le char Fox 15, bien sûr !

KNW eut un haut-le-cœur, il comprit tout le suite que la personne avec qui il perdait son temps se trouvait dans le char juste au dessus de lui. Il ne pouvait pas être en plus mauvaise posture. Il eut le sentiment que peu importe où il allait, on le repérerait d'office. Il aurait dû repartir quand il en était encore temps… Mais là c'était trop tard. Seul contre une armée au taquet et un char d'assaut, il ne pouvait rien. Et comme pour perdre toute tentative d'évasion, le char se mit en route, attirant tous les soldats de la pièce.

- Sors de là ! fit une voix féminine qui s'élevait de l'engin.

KNW raccrocha mais resta aux aguets lorsqu'un carreau d'arbalète se logea à dix centimètres de ses pieds.

- Helena… Vivante… lâcha l'agent dans un cri de désespoir.

Il se résigna à sortir et vit une femme le braquer avec une arbalète, puis une autre sur l'écoutille du char. Une femme. Ou plutôt une fillette, très jeune, avec une robe blanche et des cheveux violets.

Il leva ses mains en l'air sans lâcher sa radio et tenta de composer la fréquence de VJL mais un carreau d'arbalète lui fit lâcher prise. Il se sentait perdu.

- Cette fois tu es tout seul, dit-elle dans un seul souffle sans trembler des mains. Ai, c'est à toi.

La fillette descendit du char et fixa KNW dans les yeux. Ce dernier la regarda incrédule et fut pris d'un violent mal de crâne qui le fit tituber. Il fut pris de vertiges puis de nausées, avant de vaciller contre le char. Il tenta de se relever mais la douleur fut si intense qu'il ne put contrôler sa chute et finit à même le sol, à demi-mort, sans comprendre.

Son corps s'envola, fixé par Ai qui manifestement usait de pouvoirs surnaturels. La radio de KNW abandonnée sur le sol se mit à vibrer.

- KNW, tu me reçois ? fit la voix de VJL dans la radio. KNW ? … Pas de réponse… Qu'est-ce qu'il se passe ? KNW… KNW ! Rép…

Mais Helena coupa la radio et la prit avec elle, suivant Ai et son prisonnier.

<<< Chapitre précédent << Sommaire >> Chapitre suivant >>>


Commenter le chapitre

:

:


Liste des commentaires

Zihark
Dimanche 24 avril 2016 à 18h28
Un soupçon de surnaturel !